26 février 2013

La médiatisation de la Gastronomie

 Pour finir nous verrons dans cette troisième et dernière partie la télévsion qui est le média le plus utilisé. Il devient de plus en plus difficile d’ouvrir son poste de télévision et de zapper un peu sans tomber sur l’une ou l’autre émission culinaire. Bien sûr, il y a toujours eu des livres de recettes et les émissions culinaires ne datent pas d’aujourd’hui. Cela à commencé dans les années 2000 avec Maïté et Joel ROBUCHON dans des émissions telles que « La cuisine des mousquetaires », « A table » ou « Bon appétit bien sur ».

 Logo_Bon_app_tit_bien_s_r     robuchon_joel1                      cuisine maite3

 

Une recette abordable pour un public non spécialisé, expliquée simplement, images à l’appui. Il est impossible d'y échapper, la cuisine est partout, et plus seulement dans nos assiettes.
Mais depuis quelques années, on a assisté à un certain emballement. Non seulement les émissions sont plus nombreuses, mais elles proposent des préparations dont la présentation tient parfois de la prouesse ou de l’œuvre d’art. Cela a commencé par « Un dîner presque parfait », puis il y a eu « Master Chef » et « Top Chef ». Et même des fictions sur le même registre avec « Les Toqués » ou « Comme un Chef ». Que l’on apprécie ou pas et quelle que soit l’opinion que l’on porte sur ces différentes émissions, une chose est certaine, l’univers de la gastronomie retient l’intérêt.

 

Les émissions culinaires ont donc la cote sur nos écrans depuis quelques saisons. Voici en quoi consistent certaines de ces émissions:

Exclu_Public_Top_Chef_la_saison_4_s_annonce_pimentee___portrait_w674

-Top Chef :

Top Chef est une émission Franco-belge de télé-réalité culinaire. Après un casting réalisé dans toute la France et la Belgique, douze jeunes espoirs de la cuisine jugés par quatre chefs de renommée nationale et internationale s'affrontent dans différentes épreuves pour tenter de remporter 100 000 € en cas de victoire. Chaque semaine, un candidat est éliminé par le jury.

211da693edbee35087f2bf42341e0307

-Un dîner presque parfait:

C'est une émission culinaire basée sur le modèle britannique nommée « Come Dine With Me». Mêlant art de recevoir, décoration de la table et cuisine, cinq candidats habitant dans la même ville doivent, à tour de rôle, inviter à dîner les quatre autres. Le dîner doit être le plus agréable possible, une animation est même proposée, ce qui marque l'importance du fait de bien savoir recevoir. À la fin de la soirée, les quatre convives notent sur dix l'hôte de la soirée sur sa cuisine (qualité, originalité, cuisson, harmonie des plats...), l'ambiance du dîner (stress, détente, temps d'attente entre les services...) et la décoration de la table (qualité de la vaisselle, harmonie des couleurs...). Le vendredi, à la fin du dernier dîner de la semaine des enveloppes contenant les notes de chacun sont remises aux cinq candidats. Celui qui obtient la meilleure moyenne est consacré meilleur hôte de la semaine et remporte la somme de 1 000 €.

t_l_chargement

-MasterChef:

MasterChef est une émission de télé-réalité produite à l'origine au Royaume-Uni par la BBC en 1990, et déclinée depuis dans différents pays. MasterChef est un concours de cuisine télévisé amateur ouvert aux personnes n'ayant jamais travaillé dans un métier de bouche. Après un casting réalisé auprès de 18 000 personnes issues de France ainsi que dans d'autres pays, 100 d’entre elles ont été choisies pour participer à ce concours. Ensemble, ils s'affrontent dans différentes épreuves culinaires.À l'issue de l’émission, il ne reste plus qu’un candidat, qui est élu MasterChef. Il remporte la somme de 100 000 euros, six mois de formation dans une grande école de cuisine, ainsi que l’édition du livre de ses propres recettes.

 

Toutes ces émissions montrent l'ampleur de l'engouement populaire pour la gastronomie,  le besoin de montrer à tous que l'on sait recevoir, que la cuisine est de qualité. Le goût des bonnes choses et de la convivialité. Le premier type d’explications tient sans doute au contexte social et culturel dans lequel nous vivons. On peut y relever deux aspects déterminants. D’une part, le  fast-food industriel auquel la plupart des personnes recourent pour la facilité et la rapidité le midi ou quand nous sommes au travail, voire le soir lorsque l'on manque de temps, se développe alors un penchant pour les bons produits, les produits bios, les produits locaux, la cuisine au naturel, le slow-food, etc. 

Un peu comme une compensation. Les plats surgelées la semaine, mais des plats préparés quand on a le temps. La cuisine industrielle au quotidien, mais des produits bios le week-end. Le supermarché pour les grosses courses, mais le marché quand on peut se le permettre. Ce succès de émissions culinaires s’expliquerait donc de manière un peu paradoxale : on n’a plus vraiment le temps de cuisiner au jour le jour et on voue donc un culte de plus en plus grand à la cuisine recherchée, parce qu’elle nous manque. Mais toute ces émissions de cuisine nous apprennent elles encore des choses, comme des recettes ou des conseils… Serait-ce devenu une vulgaire télé-réalité parmis tant autres.

Télé-Réalité ou cuisine ?

L’explication du succès des émissions culinaires par le goût pour les bonnes choses et la convivialité ne tient pas la route si l’on prend en compte les dernières émissions qui sont apparues sur les écrans, comme Master Chef. En effet, il est difficile de prétendre que cela aide à préparer un bon repas.

277_2_3Comme le dit Frédéric Antoine, professeur de communication à l’UCL (Université catholique de Louvain) : « On fait croire au gens qu’on leur apprend à cuisiner, mais la belle époque des chefs cuisiniers venant sur le plateau expliquer la recette aux téléspectateurs est révolue. Sauf dans quelques émissions, on a perdu le côté pédagogique, l’explication de la recette. Aujourd’hui, ce qui intéresse les gens, c’est de voir untel cuire des oignons. Le voyeurisme ou le désir de changer de vie sont les nouvelles dynamiques des programmes télévisés. La compétition prime. Et là où ça devient très fort, c’est que ça nous donne une illusion de coaching, d’évolution et de progrès, mais en réalité il n’y a aucun apprentissage. Dans la plupart des cas, le téléspectateur n’est même pas en mesure de pouvoir reproduire la recette. Les interventions ponctuelles de personnalités de la cuisine crédibilisent le tout mais au final, ce n’est rien de plus que de la téléréalité ».

La télé ne ferait donc que de jouer sur les cordes sensibles de l’aspiration à une alimentation raffinée et à une convivialité chaleureuse pour faire de l’audience, en proposant en fait une compétition féroce entre candidats et une intrusion dans la vie quotidienne de personnes ordinaires qui permet aux téléspectateurs de s’y identifier. 

 

Posté par TPEgastronomieFR à 01:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La médiatisation de la Gastronomie

Nouveau commentaire